Accueil » Publications » DOSSIER : les pièges SEO
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail
Menace sur le contenu

DOSSIER : les pièges SEO

Aujourd'hui, produire du bon contenu ne suffit plus.
A force de réaliser des audits de référencement, nous avons voulu partager avec vous les obstacles les plus courants. Dans ce dossier, découvrez 15 freins SEO (vraiment) fréquents chez nos clients !

Les freins techniques au SEO (infographie Yellowdolphins.com)

1. Une page clé est dupliquée

Le saviez-vous ? Dans 30% des audits SEO que nous menons, la page d’accueil est dupliquée sur plusieurs URL : www.nomdusite.com, http://nomdusite.com, www.nomdusite.com, www.nomdusite.com/index.php, etc.

Toutes ces URL se font concurrence. Elles contiennent chacune une balise canonique censée indiquer aux moteurs qu'elles sont "LA" page de référence à afficher en priorité dans les résultats de recherche. A force de vouloir toutes s'imposer, elles risquent de rester sur le trottoir.

Le contenu dupliqué génère une dilution du jus de lien

Par exemple, les deux versions de cette même page bénéficient toutes les deux de backlinks (liens entrants issus de sites tiers). Le "jus de lien" se dilue entre les deux versions. Vous déforcez le référencement de votre page clé. Au lieu d'une seule page possiblement très populaire, vous en avez deux ou trois moins fameuses.

Autre conséquence : vos analyses de trafic pour cette page se complexifient. Il vous faut additionner les résultats des différentes versions de la page pour parvenir  à une vue globale du trafic. Un vrai boulot comptable !

Enfin, la mise à jour de ces contenus se complique et augmente la charge de travail. Avec le risque évident d'oublier une version et de se retrouver avec des contenus chaotiques, non seulement concurrents, mais également incohérents.

2. Des pages très visitées ne sont pas indexées

Le cas d’une page d’accueil en noindex, quelques semaines après le lancement du nouveau site, n’est pas un cas isolé. Qui dit page visitée, dit page populaire générant des backlinks, un des trois facteurs SEO les plus importants pour Google. Seulement voilà, en noindex, ces pages n’en profitent pas.

Déjà entendu 2 mois après le lancement du site :

"Oh mince, le développeur a oublié de retiré le noindex"

Page populaire en noindex: un problème SEO sérieux

Parfois, il s'agit de pages intérieures, comme un produit phare ou l'entrée d'un catalogue de produits. Dans vos statistiques, le taux d’entrée de ces pages sera très faible en comparaison de leur taux de visite. Normal, puisque ces pages sont privées du trafic issu des moteurs de recherche.

3. Des pages importantes perdues dans l’arborescence

Ne jouez pas à la pêche aux huitres avec Google ! Une page enfouie au 5e ou au 10e niveau de votre arborescence n'aura pas beaucoup de chances de remonter dans les résultats de recherche.

Les robots ne les explorent pas. Elles sont très mal indexées. Elles bénéficient de peu de liens internes entrants et de quasiment aucun backlink. Vous avez beau retravailler les balises, les mots clés, le volume de contenu, faire des mises à jour de ce dernier, optimiser les images, rien n’y fait. Et pour cause !

Les pages clés sont à un niveau de profondeur de l'architecture d'information trop élevé: un frein SEO élevé

Dans cet exemple, un grand nombre de pages sont enfouies au 10e niveau de l'arborescence. Leur référencement est, sans surprise, quasi inexistant.

Certaines pages « orphelines » ne sont pas rattachées à l’arborescence. Les utilisateurs n’en soupçonnent pas l’existence. Certains les découvrent par hasard, en suivant les liens internes, mais sont incapables de les retrouver par la suite. Le fil d’Ariane ne leur est bien sûr d’aucune aide. Dites-vous bien que si un chemin est difficile à suivre pour vos utilisateurs, il le sera tout autant pour les robots, qui aiment les eaux claires en surface.

4. Les pages sont optimisées sur de mauvais mots clés

Des mots clés trop génériques, trop compétitifs ou qui ne correspondent pas aux recherches naturelles effectuées par votre cible ne vous apporteront pas le trafic que vous attendez.

Quelques problèmes fréquents :

  • Les contenus de vos pages se diluent plutôt que de traiter d’un sujet précis. Difficile, dans ce cas, de faire ressortir un mot clé en particulier.
  • Les taux de clics sur certaines recherches mots clés sont très bas, alors que vos pages sont bien positionnées dans les résultats. Les titres et descriptions n'accrochent visiblement pas.
  • La page qui ressort sur les mots clés n’est pas la bonne. Vous préféreriez mettre en avant une autre page de votre site. Il va falloir "sculpter" votre SEO.
  • Certains mots clés très recherchés sur mobile n'ont pas été pris en compte, alors que votre trafic mobile dépasse votre trafic classique.
  • Les mots clés que vous avez choisis pour vos campagnes publicitaires sont ceux pour lesquels des pages sont déjà positionnées en tête de résultat. SEA et SEO se cannibalisent.

Mots-clés mal choisis pour le SEO

Dans cet exemple, sur certains mots clés trop génériques, les taux de clic sont insuffisants en regard de la position obtenue dans le moteur de recherche. Les utilisateurs recherchent sans doute des informations plus précises, et ne trouvent apparemment pas leur bonheur dans vos propositions.

5. Les images du catalogue ne sont pas indexées

Plusieurs raisons peuvent expliquer que le moteur se désintéresse de vos photos de produits dans un contexte où Google Images pourrait vous faire grand bien.

Première possibilité : le robots.txt bloque l’accès au dossier contenant les images, ou bien les images sont gérées dans un module de visionnage qui est inaccessible aux moteurs.

Le robots.txt bloque l'accès aux images, empêchant leur indexation

Ci-dessus, le fichier robots.txt empêche les robots d'accéder aux images.

Autre grand classique : des noms de fichiers obscurs, du type img_5012.jpg sont repris en guise d’attribut alt. Cet attribut fournit la seule information digestible par des robots qui, dépourvus du sens de la vue, ont besoin d'une description textuelle pour pouvoir indexer l'image.

Pour certains de nos clients dans le secteur de la mode ou du prêt-à-porter, où l'image est reine, les mots clés descriptifs des photos sont une pièce maîtresse de la stratégie SEO.

6. Certains liens ne sont pas suivis par les robots

En cause, un lien JavaScript problématique dans un menu déroulant, par exemple. Les pages de destination ne sont en conséquence pas explorées par les robots.

Par mégarde, il peut également arriver que des liens internes soient définis en nofollow. Les robots se trouveront face à une impasse déclarée. Aucun poids ne sera attribué aux pages de destination et les pages qui contiennent ces liens verront leur jus de notoriété se vider en pure perte.

Lien en nofollow: un frein SEO dans certains cas

Dans cet exemple, la filiale nordique d'un de nos clients avait laissé traîner un attribut nofollow. Les moteurs n'allaient pas voir plus loin.

7. Vos filiales se cannibalisent dans les pages de résultats

Faute de gouvernance au sein du groupe, les filiales qui vendent les mêmes produits ou services se positionneront toutes sur les mêmes mots clés. En particulier les mots clés liés à des marques de produits.

Concurrence sur les mêmes mots-clés au sein d'un groupe

Pas besoin de commenter cet exemple : la concurrence interne est éloquente.

Cette rationalisation vaut également pour le SEA. Avec le système aux enchères pratiqué par Adwords, le prix au clic des mots clés pourrait augmenter en raison de la concurrence... interne ! Et ce, même sur des mots clés Trademark ! La concurrence est déjà assez rude comme cela, n'en rajoutez pas une couche.

8. Le sitemap est hérité d'une ancienne version

Votre site a effectué une migration, mais l'ancien sitemap SEO a été embarqué au passage. En résulte une avalanche d’erreurs 404 et des robots qui s’y perdent.

Le sitemap erroné ne propulse pas vos nouvelles URL. De plus, vous n’avez aucune visibilité sur le pourcentage de nouvelles URL indexées.

La publication du sitemap permet de voir le ratio de pages soumises et de pages indexées

Pour pouvoir suivre correctement l'évolution du taux d'indexation de vos pages par les moteurs de recherche, il est indispensable de mettre à jour votre sitemap.

9. Des liens toxiques plombent votre référencement

Vous pensez que tous les liens vous font du bien ? Détrompez-vous ! Voici les problèmes les plus fréquents que nous rencontrons lors de nos audits :

  • Une campagne de soumission automatique à des annuaires de mauvaise réputation. Elle a beau avoir été mise en place par une agence SEO réputée et dater de l'ère du référencement bulldozer, rien n'y fait, elle demeure nuisible.
  • Une kyrielle de textes d’ancre suroptimisés. Là encore, on a peut-être fait du zèle avant l'arrivée de l'algorithme Pinguin.
  • Des milliers de liens, certes, mais issus du même nom de domaine, de sites ne faisant pas autorité ou de réseaux de liens... Un monitoring met souvent en lumière des pratiques assimilables à ce que dénonce Google : les systèmes de liens.
  • Des liens qui pointent vers des erreurs 404.

Les backlinks toxiques nuisent au positionnement de la page sur la SERP

Un audit de la qualité des liens entrants vous permettra de faire le ménage. Comme en psychologie, mieux vaut parfois rompre que maintenir un lien nocif ;-)

10. Un ratio texte / code HTML déséquilibré

Cela concerne en particulier les pages avec peu de contenu, de sorte que le volume de contenu commun à toutes les pages (menu de navigation, blocs récurrents, en-tête, pied-de-page, scripts) finit par prendre plus de place que le coeur de contenu.

Les robots considèrent que ces pages sont dupliquées, car le contenu répété y est plus important que le contenu original. Souvent, elles se retrouvent dans l’index secondaire de Google, perdant ainsi toute visibilité.

Le ratio texte/HTML est insuffisant, ce qui génère du contenu dupliqué

Ce risque est très présent pour les catalogues de produits, aussi bien en B2B qu'en B2C. En effet, il n'est pas forcément évident de différencier le descriptif de produits qui subissent, de fait, des variations minimes. Une poudre à lessiver "lavande" ou une poudre à lessiver "fraîcheur marine" lessivent toutes deux, n'est-ce pas ?

11. Vos fichiers PDF sont absents des pages de résultats

Le problème peut venir d'une mauvaise optimisation du fichier PDF lui-même, ou bien de la page web qui l'accueille. Certains modules utilisés pour présenter les PDF de manière plus attractive sont une véritable catastrophe pour le référencement !

Les PDF ne sont pas optimisés pour le SEO

N'oubliez pas de remplir les métadonnées prévues par le format PDF. Elles aideront à son référencement.

12. Vous avez laissé en ligne du contenu de mauvaise qualité

Le saviez-vous ? Du point de vue SEO, le contenu, c'est comme les pommes. Quelques pommes pourries peuvent contaminer le panier.

Voici quelques problèmes fréquemment rencontrés :

  • Du contenu trop générique, sans valeur ajoutée.
  • Du contenu de faible qualité, sans consistance.
  • Une absence de cohérence dans la ligne éditoriale. Le grand écart sémantique.
  • Des contenus obsolètes, que les lecteurs, puis les moteurs, délaisseront vite fait.
  • Une mauvaise ergonomie : mise en page compliquée, manque de lisibilité.
  • Des contenus noyés sous la publicité.

Résultat dans tous les cas : des taux de rebond élevés et rapides, une impuissance à générer des backlinks et un taux d’engagement très faible (pas de seconde visite, par exemple). Un ensemble de signaux que Google interprétera comme des indicateurs de pauvreté de la page... et du site ! Et c'est bien là que vous devez redoublez de vigilance.

Trop de publicité au-dessus de la ligne de flottaison nuit au SEO

Le ratio contenu / publicité est une clé pour certains médias populaires, comme Gala dans notre exemple, qui surfent sur la crête de la vague, désirant maximiser les revenus sans obtenir un carton rouge.

13. Vos balises SEO ne sont pas optimisées

Même s'il s'agit ici du B.A.-BA du référencement éditorial et d'un point très facile à vérifier, 99% de nos audits SEO sont concernés ;-)

Parmi les problèmes fréquents :

  • L'absence de balises title ou meta description.
  • Des balises title ou meta description dupliquées.
  • Des balises title ou meta description trop courtes ou trop longues.

La hiérarchie des titres n’est pas souvent respectée. Par exemple, un titre h1 est suivi d’un h4... les h2 et h3 se sont fait la malle !

Ici encore, il est fréquent que les titres ne soient pas optimisés. Par exemple, les titres des produits correspondent au code de référence ou au nom marketing donné par l’entreprise (brand keywords), sans aucune autre expression qui colle aux recherches mots clés naturelles côté client. En d'autres termes, les personnes qui ne connaissent pas le produit ont peu de chance de le trouver.

Longueur de la balise title non optimiséeLongueur de la meta description non optimisée

Au cours de nos audits, nous analysons notamment la longueur des balises title et meta description, afin de corriger les balises trop maigres ou trop lourdes.

14. Vos pages sont lentes au téléchargement

A nouveau, nous allons devoir jouer les détectives SEO, car plusieurs facteurs peuvent expliquer la lenteur d'un site web. Par exemple, des ressources peuvent être bloquées par votre propre robots.txt ou celui de sites tiers, mais qui sont nécessaires au bon fonctionnement d’un module présent sur votre site.

Parmi les causes les plus fréquentes :

  • Le poids des images n’est pas optimisé.
  • La mise en cache dans le navigateur n’est pas exploitée.
  • Les feuilles de styles externes bloquent l’affichage du contenu en haut de page.
  • Les redirections multiples augmentent exagérément le temps d’attente de l’internaute.

Vitesse du site non performante: le temps de chargement de la page est trop long
Google vous permet de tester en ligne la rapidité de vos pages web.

15. Vos outils d’analyse sont inexistants ou mal configurés

La Search Console est l'espace que Google met à votre disposition pour suivre votre référencement. Nous sommes saisis de constater le nombre d'entreprises qui n'ont même pas ouvert un compte, pourtant gratuit, et au plus près de la source.

Dans certains cas, la Search Console a été créée, mais n’est pas correctement paramétrée. Un exemple : vous avez procédé à un transfert de protocole (migration de http vers https), mais dans le rush, vous avez oublié de configurer la propriété dans la Search Console et par automatisme, vous consultez sur la Search Console, les statistiques de trafic des URL en http… qui sont en train de s’écrouler, bien sûr.

Intégration de Google Search Console dans Google Analytics

Autre cas de figure très fréquent : vous n’avez pas relié la Search Console à Google Analytics, vous privant ainsi d’une quantité de données précieuses lors de votre analyse.

Très souvent encore, il existe des imperfections de marquage de vos pages web. En résultent des chiffres erronés et des analyses biaisées.

************

Assurez-vous qu’aucun frein ne handicape votre référencement ! Faites un audit SEO.

Pas le temps de suivre votre site ? Optez pour notre formule de monitoring de site (un rapport de vigilance hebdomadaire sur tout ce qui a trait à votre trafic et aux anomalies techniques).

Auteurs : Isabelle & Jean-Marc