Accueil » Publications » Ecrire pour les mobiles » Le contexte de lecture
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail
Rédiger pour les mobiles

Le contexte de lecture

Sommaire :

  • Où les gens consultent-ils les sites web mobiles ?
  • Quand les gens consultent-ils Internet sur mobile ?
  • Comment écrire pour "ici" et "maintenant" ?

Le téléphone portable nous suit partout. À tout moment, le mobinaute peut accéder à l’Internet mobile ou aux applications. En découlent des comportements, des attentes et des besoins nouveaux, dans des contextes très variés et des laps de temps très courts.

Les lieux de consultation

Selon une étude de Pew Internet Research, 42% des personnes utilisent leur smartphone pour «tuer le temps». Les gens utilisent leur smartphone dans absolument toutes les situations de la vie quotidienne. Même dans les circonstances les plus insolites, comme au volant ou dans leur baignoire. Les mobiles viennent combler le moindre temps d’attente. Annoncer sur les réseaux sociaux que les spaghettis cuisent et butiner l’actualité pendant le temps de cuisson est devenu un sport quotidien. Cette étude date de 2011, mais tous les indicateurs indiquent que la dépendance au smartphone n’a fait que croître depuis lors.

Les lieux de consultation d'un site web mobile

Les temps d’attente peuvent s’avérer mortellement longs (les deux heures de retard de votre avion) ou bigrement courts (les deux minutes avant l’arrivée de votre bus).

 

Il y a donc place à des contenus de consistance variable, soit utiles dans l’instant, soit purement divertissants (pour agréablement remplir les temps morts).

Les moments de consultation

Même s’il est vrai que les mobinautes peuvent se connecter en permanence, des pics d’utilisation sont observés à certaines heures de la journée :

  • 6h : lever du lit et petit-déjeuner
  • 9h : navette et début de la journée de travail
  • 17h - 18h : fin de la journée de travail et navette de retour
  • 20h - 22h : télévision, temps passé dans un sofa, coucher

La consultation mobile présente un schéma en dents de scie, avec des pics brefs et bien marqués à certains moments de la journée. Le milieu de journée profite davantage au desktop, tandis que la matinée capte davantage le trafic mobile. En soirée, les deux usages cohabitent.

Les pics de trafic mobile au cours de la journée

Le contenu « cup of tea » semble une bonne stratégie. Concevez donc du contenu agréable à picorer dans un hall de gare.

Un autre phénomène très marqué est la tendance des mobinautes à rester en contact en continu avec leur réseau social : envoi spontané de photos, partage de vidéos, etc. Les applications mobiles à succès en sont parfaitement conscientes et intègrent cette dimension sociale.

Par exemple, l’application Endomondo permet de partager ses performances de jogging ou de vélo avec des amis, qui peuvent soit vous encourager en temps réel, soit tenter de battre vos scores : stimulation décuplée.

Endomodo : application mobile avec fonctions sociales

Source : Endomodo sur GooglePlay

 

Écrire pour « ici »

46% des recherches sur Google ont une intention locale. Et plus des trois quarts de ces recherches géolocalisées conduisent à une action concrète, comme un appel téléphonique ou une visite des lieux.

Le mobile apporte une expérience enrichie de la cartographie. Sur les fonctions de base, telles que la localisation des adresses et le calcul de l’itinéraire, viennent se greffer des services avec une réelle valeur ajoutée :

  • Navigation GPS détaillée par assistance vocale
  • Itinéraires en voiture, transports en commun, vélo et à pied
  • Informations sur le trafic en direct pour éviter les embouteillages
  • Recherche d’établissements à proximité et avis des clients
  • Réalité virtuelle avec Street View
  • Cartes détaillées avec bâtiments en 3D
  • Plans de bâtiments, tels que des aéroports, hôtels, magasins, etc.

La géolocalisation sur mobile : bonne et mauvaise pratique

Ci-dessus, le site hotels.com, bien que faisant miroiter en amont une offre hôtelière « autour de chez vous », oblige le visiteur à encoder une localité, sans possibilité de faire appel à la géolocalisation automatique.

Monnuage.fr, en revanche, nous propose un choix d’hôtels basé sur notre position géographique. Avec indication du nombre de kilomètres qui vous séparent du lieu.

50% des recherches locales sont effectuées dans le but d’obtenir les horaires, l’adresse ou le numéro de téléphone de l’entreprise. C’est vous dire l’importance de la page « Contact » en version mobile. Pourtant, encore aujourd’hui, après sept années d’explosion du trafic mobile, un grand nombre d’entreprises continuent de générer une expérience plus que décevante.

L'importance de la page "Contactez-nous" sur un site mobile

Ci-dessus, de gauche à droite…

Le site tartes.be suggère de prendre contact par téléphone… sans même mentionner le numéro de téléphone ! Un formulaire de contact est proposé, derrière une déjà longue introduction texte. Très lourd pour le client mobile, qui déteste recourir au clavier de son téléphone. Pourtant, les tartes en valent la peine, j’avoue. ;-)

Le site web de l’Atomium, ce célèbre monument bruxellois que visitent bon nombre de Français et Chinois, bien qu’il soit dédié au mobile, génère une expérience inconfortable. Un numéro de téléphone est fourni, dans un format compliqué, peu lisible, en texte brut de petite taille.

La solution du restaurant Les Forges du Pont d’Oye est bien plus élégante : un beau bouton « click-to-call » pour déclencher l’appel téléphonique en un clic.

Vous n’avez aucune excuse pour massacrer la page Contact de votre site d’entreprise. Le code « click-to-call », en HTML, est un jeu d’enfant :

Ecrire pour les mobiles : le click-to-call en code html

Ce code fonctionne aussi avec une image, comme un bouton, que vous pouvez très facilement générer en ligne si votre équipe IT fait la fine bouche.

Naturellement, cette forte tendance à effectuer des recherches locales influence la stratégie de référencement. Vous trouverez de nombreux articles en ligne vous expliquant comment améliorer votre SEO local. Et Google lui-même vous donne quelques recommandations pour obtenir un meilleur classement local.

Sans rentrer ici trop dans les détails, un réflexe concret et porteur reste aussi d’injecter des mots clés géographiques dans vos pages web. Vous privilégierez les balises title, meta description et h1, qui donnent du poids à vos mots clés. Injectez donc des Paris 16e, des Lyon et des Saint-Martin-d’Ordon dans votre code source. Vous aurez ainsi sans doute la satisfaction d’apparaître dans les résultats de recherches locales.

N’oubliez pas que, même si le client n’exprime aucune intention locale, Google détecte bien souvent la position de la personne qui cherche de l’information et adapte très souvent les résultats à ce facteur géographique. Cherchez « restaurant gastronomique » depuis l’aire d’autoroute de Mâcon Nord… Google ne vous proposera pas de manger à Helsinki ;-)

 

Écrire pour « maintenant »

Selon Pew Internet, 51% des mobinautes ont été en situation de chercher une information qui nécessitait une réponse immédiate (comme le numéro de téléphone d’un médecin, par exemple) sans laquelle ils auraient été en difficulté. 27% des personnes interrogées ont déclaré avoir été frustrées au cours du dernier mois de ne pas avoir leur téléphone à portée de main pour répondre à un besoin d’information qui ne pouvait attendre. 40% des répondants ont utilisé leur téléphone pour obtenir de l’aide dans une situation critique. À la Saint-Valentin, trois quarts des recherches de dernière minute d’un restaurant passent par le mobile… pas bien Valentin, il fallait t’y prendre plus tôt ;-)

Le mobile répond de toute évidence à l’urgence. Et l’explosion de la recherche vocale ne va pas nous contredire.

La question de l'urgence sur mobile

Si votre entreprise a de l’ambition, elle peut même viser la position zéro sur certaines recherches. Récemment, chez Yellow Dolphins, nous avons travaillé pour un grand distributeur de matériel électrique dont nous ne citerons pas le nom… et nous avons eu la satisfaction de générer pour notre client, grâce à une stratégie éditoriale consistante et attentive, une série de positions zéro très précieuses.

Quelques suggestions éditoriales pour un SEO de l’urgence :

  • Comment remplacer une ampoule électrique sans s’électrocuter ?
  • Comment ranimer une personne qui s’est évanouie ?
  • Comment dire « Voulez-vous coucher avec moi ce soir » en Hongrois ?
  • Combien de tigres vivent encore sur terre au 21 août 2018 ?
  • Que faire pour récupérer une sauce dont le fond a brûlé ?
  • Combien font 248 x 1039 ? (Ne dites rien à mon prof)

La situation n’est pas toujours critique. Nous cherchons également des réponses à des questions dans le flux de la vie quotidienne : vérifier l’heure d’ouverture du centre de fitness, consulter les horaires de bus, trouver la date de naissance de Jacques Brel pour trancher une discussion entre amis, s’assurer que la petite veste jaune canard est en stock, etc.

Plus sérieusement, afficher des promotions en page d’accueil mobile reste une option maline pour agripper le visiteur de l’instant :

Les promotions en version web mobile

Rajoutons enfin une dernière dimension au contexte de lecture sur mobile : la discrétion. En effet, le téléphone portable a l’avantage d’être un canal de consultation privé, voire très privé.

Est-ce un hasard que le contenu « adulte » reste un des plus consultés sur mobile ? Ce confort de consultation privée n’est pas uniquement l’apanage des sites érotiques ou pornographiques, il peut également se révéler important sur certains thèmes psychologiques intimes. Par exemple, le trafic mobile constitue près de 70% du trafic total sur notre site timidite.info, consacré à la confiance en soi. Compréhensible, non ? Nous n’avons pas forcément envie d’étaler nos fragilités sur le plateau de travail que nous partageons avec nos collègues.

 

>> REVENIR AU SOMMAIRE DU DOSSIER <<
Rédiger pour les mobiles (12 bonnes pratiques)