Accueil » Blog » Les internautes scrollent

Les internautes scrollent

Une étude menée par ClickTale, fin 2006, nous apporte des données fort intéressantes sur la manière dont les internautes déroulent les longues pages (le comportement de « scrolling »).

Les enseignements clés sont :

  • 91% des pages contiennent un ascenseur.
  • 76% des pages avec ascenseur sont partiellement explorées.
  • 22% des pages avec ascenseur sont explorées de bout en bout.

Ce graphique est celui qui a le plus attiré mon attention. Il représente le taux d’utilisateurs qui déroulent le contenu jusqu’au bout, en fonction de la longueur des pages. Ce graphique démontre que les internautes scrollent totalement indépendamment de la longueur des pages. Une page web de 10.000 pixels (l’équivalent d’une vingtaine d’écrans) aurait autant de chances d’être parcourue qu’une page web de 1.500 pixels (soit trois écrans en moyenne).

Ces chiffres sont basés sur un échantillon plus que respectable : 120.000 pages vues.

Un écran, c’est grand comment ?

Le pli de la page (que les anglophones appellent « the fold ») ne se fait pas au même endroit chez tout le monde. Les internautes ne voient pas tous la même chose. Selon la résolution d’écran, le navigateur utilisé et les barres de tâches activées, la quantité de contenu affiché reste variable. Ce graphique montre trois pics, respectivement autour de 430, 600 et 860 pixels. Ils correspondent aux trois résolutions d’écran actuellement les plus populaires : 800×600, 1024×768 et 1280×1024.

Conclusions

Ces données renforcent certaines vérités que nous exprimons depuis 2001 à travers nos formations :

  1. Une page web ne doit pas systématiquement tenir dans un écran.
  2. Les informations les plus importantes (sommaire, résumé) doivent se situer en haut de page (parmi les 500 premiers pixels de hauteur).
  3. L’habillage visuel de la page (insertion d’intertitres, de citations, de graphiques,…) est crucial pour inciter les utilisateurs à dérouler la page dans toute sa longueur.

Bien sûr, scroller n’est pas lire. Lire n’est pas comprendre. Et comprendre n’est pas retenir.

Je ferais également la différence entre une page d’accueil (qu’on aime parfois voir tenir en un écran) et une page de contenu profond.

Optimisez vos interfaces en faisant appel à nos services et testez-les !

Commentaires des lecteurs

  • Commentaire by Matthieu — 13 janvier 2007

    Mais il manque à ces données la vitesse de défilement des pages par les utilisateurs. A moins que je n’ai pas bien lu? De mon côté, la problématique qui me semble intéressante est la suivante: est-ce que plus une page est longue, plus la vitesse de défilement de l’utilisateur pour arriver en bas de la page est importante? A mon avis oui. Je pense donc que ta conclusion sur ces données en précisant que « ce graphique démontre que les internautes scrollent totalement indépendamment de la longueur des pages » est peut-être un peu aventureuse.

  • Commentaire by jmh — 13 janvier 2007

    C’est vrai que disposer de données complémentaires sur la vitesse de défilement pourrait être intéressant.

  • Commentaire by WTB — 19 avril 2007

    Merci pour ces quelques chiffres qui nous ont permis aujourd’hui de valider un changement de méthode rédactionnelle pour nos contenus :o)

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je suis un humain*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.