Accueil » Blog » Les règles ? Question de pédagogie.

Les règles ? Question de pédagogie.

  • Des titres riches contenant des mots clés.
  • Des introductions de maximum 50 mots.
  • Des phrases de 15 mots.
  • Des hyperliens explicites.
  • Des hyperliens soulignés en bleu.
  • Pas de double négation.
  • Pas de voix passive.
  • Maximum 7 liens par bloc de navigation.

…Bien entendu que ces règles, prises à la lettre, peuvent mener à des aberrations.

Elles n’en sont pas pour autant sans fondement.

Face à une réalité complexe, les règles demeurent d’utiles repères.

J’aime les règles lorsqu’elles apportent une lumière, un sens des proportions.

J’aime aussi les transgresser.

Au lieu d’enfoncer des portes ouvertes en nous rappelant cette évidence que toute règle a ses limites, pourquoi ne pas faire progresser le débat en amenant la nuance ? Dernier exemple appréciable en date : cet excellent article sur la rédaction des textes alternatifs. Didactique, il précise les règles sans taire les nuances ni les cas particuliers.

Toute personne sensée fera la différence entre la règle et l’esprit de la règle.

Dans n’importe quelle matière scientifique, lorsqu’on veut isoler un paramètre, on est obligé de geler tous les autres. Si je veux mettre en évidence les caractéristiques propres à l’écriture web, je mets inévitablement un peu entre parenthèses les autres paramètres, tels que l’influence de l’audience ou du contexte de communication. Non pas que je gomme ces facteurs, mais je les tais momentanément pour isoler le point de vue qui m’intéresse.

Au lieu de dire : “A audience équivalente, à contenu équivalent et à objectif de communication équivalent, l’écriture sur le web fonctionne mieux, en moyenne, avec des paragraphes plus courts que l’écriture papier”, nous dirons, par contraction (abusive ?) : “Les paragraphes courts sont bien adaptés à la lecture à l’écran”.

Non, je ne vois pas de contradiction avec mon billet précédent 😉

Commentaires des lecteurs

  • Comment by Robi — 2 April 2007

    C’est clair que les règles ne doivent pas être prise à la lettre car, comme tu le dis, elles peuvent amener à des abérrations. et ou des contradiction/opposition dans certains cas.

    Je donne souvent l’exemple de la “règles des trois clicks” couplée à celle des “maximum 7 liens par bloc de navigation” … avec un site de plus de 343 pages, on aurait un sacré problème à les appliquer toutes les deux à la lettre…

    Une question d’esprit et d’adaptation comme tu le soulignes très justement.

  • Comment by gv — 1 May 2007

    Bonjour,

    Pour ma part, je crois qu’il y a des évidences “génériques” et puis des cas particuliers.

    Je crois que si on est sur du descriptif, de l’institutionnel, en effet, il faut faire court, car le web ne supporte pas l’ennui.

    Par contre si l’on opte pour une stratégie éditoriale enrichie d’éclairages, s’il y a du sens et des faits, et qu’en plus, on propose une navigation facilitée… On peut faire plus long. Evidemment, il faudra peut être structurer différemment.

    Plus le contenu est ciblé, plus on peut prendre de libertés avec la règle (enfin les règles)

Votre commentaire

Your email address will not be published.

Je suis un humain*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.