Accueil » Blog » Dissonances linguistiques

Dissonances linguistiques

Comme vous le savez sans doute, Metro est un quotidien papier distribué gratuitement dans les endroits de passage. A Bruxelles, il est disponible en deux langues : Français et Néerlandais. Mais les deux rédactions sont indépendantes.

J’aime beaucoup comparer la une francophone avec la une néerlandophone.

Aujourd’hui, par exemple, vendredi 4 janvier 2008…

La une francophone se veut rassurante : “L’alerte terroriste baisse d’un cran”, lit-on, dans un article de second rang.

Côté néerlandophone, en revanche, la menace terroriste constitue toujours l’article central à la une. Et le ton semble nettement plus inquiétant : “Gevaar op terreuraanslag is nog niet geweken” (traduisez : “La menace d’un attentat terroriste n’a toujours pas été écartée”).

Cette dissonance est une richesse. Elle nous rappelle que l’information reste toujours un choix. Le choix d’éclairer tel ou tel aspect de l’actualité, de telle ou telle manière. Avec un impact potentiellement très différent sur le lecteur, comme le montre cet exemple.

Commentaires des lecteurs

  • Comment by Fred lambin — 4 January 2008

    Il est étonnant de constater que ce sont les flamands qui optent pour un traitement très latin (émotionnel) de l’info: Gros titre, mots chocs: “danger”, “attentat”, “terroriste”.

    la rédaction NL ne peut pas ignorer l’importance de “l’éclairage” dont Jean-Marc parle.

    Je me demande donc quels sont ses motivations.

Votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Je suis un humain*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.