Accueil » Blog » Séduction typographique

Séduction typographique

Admirez la beauté du design ci-dessus.

Mais non, pas la photo, pas moyen d’être sérieux avec vous ! … je parle de la typo !

De belles grandes lettres à empattement (Georgia ou, à défaut, Times).

Le corps de texte en Arial, avec un interligne digne de ce nom, qui permet de respirer.

Ca donne envie de plonger dans le décolleté texte, non ? 😉

Notez que Yahoo! a posé un copyright sur sa feuille de style.

Je cite :

h1 { font:275% georgia,times,serif; } body {font:13px/1.231 arial,helvetica,clean,sans-serif;*font-size:small;*font:x-small;}

Source : Shine, le nouveau portail féminin “made by Yahoo!”. J’en ai pris connaissance via le blog de l’excellent Laurent Goffin.
Notez que le journal Le Monde utilisait déjà ce mélange de deux polices (une avec serif, une sans serif).

Mais le résultat est moins heureux. La gestion de l’espace est moins fine ; les contrastes, moins efficaces.

Travaillez vos interfaces, ou laissez-nous les travailler !

Commentaires des lecteurs

  • Comment by jmh — 23 April 2008

    @ Soky : Ah oui, c’est juste. Maintenant que j’y fais attention. En fait, mon interlignage reste invariable. Simplement, j’ai un peu abusé des paragraphes dans la première partie de la note. Ce qui crée cette impression de variation. Merci d’avoir donné ton sentiment.

  • Comment by soky — 23 April 2008

    Ce contraste entre deux familles de typo est un grand classique qu’on retrouve dans la plupart des logos basés sur un travail typographique. C’est également le cas pour les magazines papier un tant soit peu travaillé au niveau de la mise en page (souvent à destination d’un public féminin plus sensible).

    Le problème du web c’est la limitation des polices à empattements. Il n’y a que le Georgia pensée pour le web (Times est réservé à l’impression). On peut user d’astuces pour ajouter des textes sous forme d’image mais avec toutes les contraintes que cela occasionne. Et je doute fort que ça soit le plus pertinent pour un quotidien en ligne.

    Ce qui est intéressant c’est de voir l’énormité des titres de premier niveau. 275% pour Shine, 36px pour Le Figaro dans sa partie above the fold.

    Et puisque tu en parles, je ne comprends pas pourquoi tu fais des retours à la ligne incessants avec un interlignage différent pour une même note.

  • Comment by Yves — 23 April 2008

    Ce qui me fait repenser au projet sIFR ) qui était devrait permettre d’utiliser toutes les typos souhaitées sur un site web.

    Je ne me souviens pas de l’aspect technologique, mais est-ce que des lecteurs de 60questions.net auraient déjà utilisé cette techno ? Ou une autre similaire ?

  • Comment by Guy, photographe — 29 June 2008

    Ce qui m’étonne beaucoup c’est qu’en matière de mise en page, les recommandations vont plutôt dans le sens de la police sans empattement pour le titre et de la police avec empattement pour le corps de texte puisque les empattements, censés "guider" le regard, facilitent la lecture d’un texte plus long qu’un titre.

Votre commentaire

Your email address will not be published.

Je suis un humain*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.