Accueil » Blog » Dangereux métier que formateur !

Dangereux métier que formateur !

Conseil de l’Union Européenne, 14h38, j’interromps brutalement ma formation Ecrire pour le web, pour cause d’alerte catastrophe…

Ce n’était qu’un exercice simulateur… qui n’a eu pour victimes qu’une dizaine de slides sur le rôle des images dans un site web.

Au fait, quel est le vrai danger d’une formation ?

  • Collectionner des évaluations catastrophiques ? (*)
  • Glisser sur l’estrade et finir la tête dans le seau à craie ?
  • Oublier sa clé USB et devoir mimer le site web du Parlement européen ?
  • Se gausser du site web du frère d’un participant amateur de boxe thaïlandaise ?
  • Terminer deux heures trop tôt et devoir meubler le temps qui reste en jouant à pierre-papier-ciseaux ?

(*) Du genre : « Je n’ai rien appris de nouveau. Le formateur était soporifique, prévisible et schizophrène. Il me donne envie de changer de métier. Bucheron ou maître nageur, j’hésite. »

J’adore le métier de formateur.

Vraiment.

Et celui de consultant… quand une réunion au Parlement européen est interrompue pour une alerte à la bombe… que le périmètre de sécurité empêche de mettre un petit ticket pour le stationnement, vous savez… ces boîtes qu’on retrouve partout en ville… et qu’au final… nous recevons une contravention. Et mise en demeure de payer 🙂

Ben oui… En Belgique, il faut faire un choix : sauter sur une bombe, être embarqué pour violation du périmètre de sécurité ou payer son ticket.

Nous adorons le métier de consultant.

Vraiment.

Et en plus, c’est vrai.

Commentaires des lecteurs

Aucun commentaire en ce moment.

Et votre avis ?