Accueil » Blog » Le grand méchant scroll ?

Le grand méchant scroll ?

Les utilisateurs d’Internet ont totalement acquis le réflexe d’utiliser l’ascenseur (barre de défilement vertical) pour explorer les pages web. Depuis plus de 10 ans, nous diffusons ce message, à travers notre consultance en ergonomie.

Et voilà la chose encore confirmée dans un excellent article d’une agence d’ergonomie basée à Bristol (UK) : The myth of the page fold: evidence from user testing.

Source : CX Partners.

Leur opinion se base sur une expérience de quelque 800 tests utilisateurs.

Le point intéressant de l’article est qu’il identifie quelques paramètres qui, dans certains cas, peuvent malgré tout décourager le scrolling. Il s’agit de :

  • L’utilisation de lignes horizontales, qui brisent la page.
  • La surcharge du premier écran, qui assomme tellement qu’elle décourage toute exploration supplémentaire.
  • L’utilisation de zones de défilement intérieures, qui s’ajoutent à l’ascenseur principal et en compliquent l’utilisation.

Une erreur classique de conception reviendrait à surcharger le premier écran, soit toute la zone “above the fold”, sous prétexte de la rendre immédiatement visible. Mieux vaut souvent aérer l’information, quitte à la placer plus bas.

Tout cela étant dit, je pense que la zone directement visible à l’arrivée sur une page (la zone au-dessus du pli) reste primordiale pour mettre les visiteurs en situation. Les titres et les chapôs qui apparaissent dans cette zone demeurent décisifs. Le taux d’attention s’avère tout de même supérieur dans la partie haute de la page.

Mais descendre sous le premier écran (“below the fold”), ce n’est pas descendre en enfer.

Et pour la conception de vos interfaces, faites-nous confiance !

Commentaires des lecteurs

  • Comment by Sylvain — 21 October 2009

    « L’utilisation de lignes horizontales, qui brisent la page ». Tout à fait d’accord sur ce point. On peut difficilement faire pire pour rebuter quelqu’un à lire une page sur écran.
    Id. pour les « zones de défilement intérieures ». Un scroll ça va, deux scrolls (ou plus)…

  • Comment by Aymeric jacquet — 28 October 2009

    Amusant, j’ai eu le cas récemment lors d’un RDV client avec le prospect d’un partenaire ou le type me soutenait sans vouloir lacher le morceau que ses clients ne scrollaient pas car s’était trop compliqué…

    Il m’aura fallut beaucoup de patience pour ne pas lui balancer qu’il prenait ses visiteurs pour des cons.

Votre commentaire

Your email address will not be published.

Je suis un humain*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.