Accueil » Blog » Ecrire pour le web : d’actualité ?

Ecrire pour le web : d’actualité ?

Un petit coup d’oeil sur Google Trends (cet outil qui vous permet de suivre l’évolution du volume de recherche pour une expression donnée) indique que, de 2004 à 2010, l’intérêt pour l’expression “écrire pour le web” a progressivement diminué.

Alors, bien sûr, moi qui ai construit mon métier sur cette expression, cela m’interpelle.

Et pourtant, rien de plus naturel, la phase de découverte et d’éclosion du média est derrière nous. L’Internet grand public a quinze ans de bouteille. Il n’est plus l’heure de s’interroger sur les fondamentaux, tel que je le faisais en 2001, à travers ce dossier toujours disponible à titre d’archive : Existe-t-il une écriture web ?

Les mécanismes de lecture et de recherche d’information sur le web, les bonnes pratiques de rédaction correspondantes, ou celles de rédaction web optimisée pour le référencement, circulent partout et sont rentrées dans les moeurs de la plupart des entreprises et institutions. Votre site web en est à sa cinquième version. Il a successivement abandonné l’animation d’introduction en Flash, les news au format PDF, les listes de documents kilométriques. L’heure est aux affinements, à l’optimisation.

Pourtant, le travail reste immense. Les pages web imparfaites ou dépassées inondent la toile. Le jargon revient à la surface dès qu’on baisse la garde. Les sites web gonflent d’année en année, souffrant de boulimie puis, après refonte trop radicale, d’anorexie. Les facteurs de conversion sont laissés au hasard, alors que des outils gratuits tels que Google Optimizer permettent d’aiguiser vos contenus web sur des bases objectives. Et je ne parle pas du site de l’épicier,… je parle des sites médias d’envergure nationale et des sites corporate d’envergure multinationale, qui sont, la plupart du temps, incapables de faire leur inventaire éditorial, tant leur stratégie est dispersée.

Et puis, il y a toutes ces nouvelles questions qui surgissent pour l’entreprise… Comment tirer parti de la vidéo ? Comment se positionner sur Facebook, sur Twitter, sur Youtube ? Faut-il d’ailleurs impérativement s’y trouver ? Où investir parmi ces nouveaux médias qui font des petits tous les ans ? Comment gérer la réputation en ligne, qui existe même lorsque l’on prétend l’ignorer ? Quel est le meilleur rendement en termes de production éditoriale : être partout tout le temps et déverser des évidences, ou bien surgir, de temps en temps, en marquant le coup ? Faut-il répondre à la demande du client, du citoyen, ou bien l’éduquer, le devancer ? Chaque filiale, chaque agence locale, chaque business unit d’une entreprise, doit-elle communiquer de manière indépendante, ou bien la maison-mère doit-elle rationaliser les actions éditoriales jusqu’à en contrôler chaque virgule ? Un expert juridique peut-il mettre à jour directement “sa” rubrique sur le site web d’une organisation, ou bien doit-il être “aidé” par un spécialiste en communication, qui en connaît deux fois moins que lui sur le fond mais arrondira les angles (éditoriaux) de manière salutaire ?

Non, je vous assure, il reste mille raisons de vous inscrire à nos formations écrire pour le web, pour l’intranetStratégie de contenu, Conception d’un site mobile, ou encore la formation sur la stratégie de contenu et le référencement.

Et pour tous ceux qui n’ont pas le temps… Faites appel à notre expertise en SEO, rédaction web, ergonomie 🙂

Commentaires des lecteurs

  • Comment by Marc Van Rymenant — 10 September 2010

    A mon avis c’est le métier qui se professionnalise tout simplement.

    Une écriture adaptée au support reste stratégique.

    Ce que mon équipe voit, c’est un manque important de cette compétence dans les emails et landing page …

    Peut-être un champ d’investigation pour toi 🙂

  • Comment by jmh — 10 September 2010

    @ Marc: Merci pour ta réflexion… Je pense que tu vois juste… D’ailleurs, depuis quelques mois, je m’intéresse de très très près aux Web Analytics, dans leur croisement avec la stratégie éditoriale et d’écriture.

  • Comment by Xavier — 16 September 2010

    Je pense aussi que tu as raison : apprendre à écrire pour le Web est toujours utile. Même si l’intitulé recouvre imparfaitement le contenu de la formation qui a évolué.

    Le rédacteur Web doit aujourd’hui se soucier de la promotion et de la vie de ses articles une fois publiés en ligne.

    Le rédacteur doit être un bon "community manager" et un connaître les outils d’évaluation de son travail (tous les "analytics").

    Sans compter qu’un rédacteur web doit aussi maîtriser l’écriture multimédia pour enrichir ses textes : vidéo, intégration de widgets et de mashups.

    Un vrai métier vous dis-je 😉

Votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Je suis un humain*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.