Accueil » Blog » Soignez vos pages de second niveau !

Soignez vos pages de second niveau !

De nombreux sites web accordent beaucoup de soin à leur page d’accueil, et beaucoup moins d’attention aux pages intérieures.

La page d’accueil du site de l’Assemblée nationale française, par exemple, revêt une allure professionnelle…

Mais, une fois passé ce vernis, le visiteur pénètre dans un site web aride, imparfait sur le plan typographique.

Rappelons tout de même que, bien que la page d’accueil soit la page la plus exposée, la majorité du trafic circule dans les pages intérieures.

Sur de nombreux sites web, la qualité des pages de second niveau (celles juste derrière la page d’accueil) laisse souvent à désirer.

Dans un site commercial, je veux parler des pages de “familles de produits”. Ces pages qui jouent un peu le rôle du “chef de rayon”.

Dans un site d’information, je veux parler des pages d’accueil “thématiques”. La page “culture”, la page “sports”, d’une institution publique ou d’un média.

Dans un site intranet, ce pourrait être les pages d’accueil de certains départements (informatique, formation, ressources humaines,…).

Ces pages de second niveau méritent d’être traitées avec la même attention qu’une page d’accueil. Ce sont des pages d’accueil, en quelque sorte, mais d’un niveau plus ciblé. Elles doivent pouvoir offrir un environnement éditorial riche, avec un équilibre entre l’accueil du visiteur, la mise en avant des actualités et contenus clés, ainsi que le guidage vers les pages plus profondes.

Typiquement, dans les pages de second niveau, on rencontre les problèmes suivants :

  • Rupture de l’environnement visuel (dans le sens d’un appauvrissement)
  • Pages désertiques (du genre trois liens textes perdus dans le vide ; un aiguillage aride vers l’information proprement dite)
  • Introductions littéraires généralistes (trop de blabla, à faible valeur ajoutée)

Ne vous contentez plus d’une approche binaire : page d’accueil / pages intérieures… Un site web, c’est plus complexe que ça !

En pratique, je recommande d’agir à deux niveaux :

1. L’outil de gestion de contenu (CMS) : Créer des gabarits éditoriaux adaptés aux pages de second niveau. Et donc, ne pas se contenter d’une approche éditoriale binaire : la page d’accueil VERSUS les pages intérieures… sous-entendu : toutes les pages intérieures subissent le même traitement, pauvre.

2. Le workflow : Désigner des chefs de rayon, au sens éditorial du terme !

Il est temps de hausser la barre de la qualité de votre site web… descendez voir ce qui se passe au -1 !

A lire aussi : La homepage : en déclin ?

Optimisez votre architecture d’information, nous serons heureux de vous y accompagner !

Commentaires des lecteurs

  • Comment by LaurentB — 24 November 2010

    Je ne sais pas si un site gouvernemental est vraiment un bon exemple.
    Ils en ont rien à foutre du Web. C’est juste parce qu’ils sont obligés.

  • Comment by jmh — 24 November 2010

    @ LaurentB :

    Je ne suis pas tout à fait d’accord. Je pense que les sites gouvernementaux sont soucieux de rendre service et de donner beaucoup d’informations, mais les chantiers sont énormes et le cadre de travail très réglementé. On trouve de très mauvais sites web dans le secteur privé et de très bons sites web gouvernementaux… et inversement.

    Maintenant, c’est vrai, parfois, on assiste à un décalage entre les bonnes intentions et la pratique. Un site public ne vend pas des chaussures et ne sera pas sanctionné par un manque à gagner sonnant et trébuchant. Mais il sera sanctionné autrement : par des perceptions citoyennes négatives, par exemple, comme celle que vous exprimez en termes un peu crus.

  • Comment by sam — 26 November 2010

    d acoord avec toi JM,
    Il faut aussi prendre conscience que les portes d entrées d un site aujourd hui ne sont pas a chaque fois la page d accueil …l effet longue traine fait que souvent on arrive sur un site via une page profonde et la on ne voit meme pas le vernis de la page d accueil…et souvent on s en va ….

Votre commentaire

Your email address will not be published.

Je suis un humain*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.