Accueil » Blog » Interview sur les tablettes numériques

Interview sur les tablettes numériques

Je viens de répondre à une petite interview sur les tablettes numériques. Alors je partage avec vous ces quelques réflexions.

1. Comment définiriez-vous la tablette numérique ?

Je la définirais comme un support de lecture plat, électronique, transportable.

2. Considérez-vous cette technologie comme une révolution du monde numérique ou plutôt comme une évolution des moyens d’accès à la documentation ?

A mon sens, on peut parler de « révolution » à partir du moment où un produit, non seulement s’impose dans l’usage, mais remplace les produits précédents. Par exemple, le CD a été une révolution dans le monde de l’audio, car il est parvenu, en un temps limité, à renvoyer les cassettes audio au musée (vous vous souvenez, ces bobines à double enroulage qui emmêlaient parfois leur bande de lecture comme une guirlande froissée).

Pour la tablette numérique, c’est différent. Elle n’est pas prête de remplacer le papier, ni la télévision, ni le PC. Son intérêt est qu’elle se situe à la frontière entre ces médias.

3. Quels sont selon vous les avantages et les inconvénients de la tablette numérique ?

Les avantages ?

  • Un excellent intermédiaire entre la mobilité du papier et la puissance de l’électronique (un confort de lecture quasi comparable au papier, mais avec tous les avantages de l’électronique : accès à la toile, liens hypertextes, animations, vidéos, interaction,…).
  • Dématérialise l’information : fine tablette capable de transporter des ouvrages volumineux.
  • Accès très rapide à Internet (on ouvre un iPad beaucoup plus vite qu’un PC, pour vérifier une information quelconque).
  • Objet social (souvent utilisé dans le salon) : plusieurs personnes peuvent profiter d’une vidéo sur iPad, par exemple, comme autour d’une petite télévision.
  • Objet à la frontière des médias : papier, télévision, chaîne audio.

Les inconvénients ?

  • Plus efficace en mode lecture qu’en mode clavier / écriture.
  • Pas compatible avec tous les formats (mais ça va évoluer). L’iPad ne lit pas Flash, par exemple, pour le moment.
  • Peut casser.
  • Coûte relativement cher (et peut se voler).
  • Reste moins flexible que le papier (on ne plie pas un iPad dans sa poche).
  • La difficulté de lire à l’extérieur, à la lumière du soleil.
  • La nécessité de recharger l’appareil.

4. L’arrivée soudaine de la tablette numérique pourrait-elle conduire à son autodestruction ?

Je crois qu’il s’agit plus que d’un effet de mode. Par contre, je pense que les tablettes numériques vont évoluer. Par exemple vers des supports plus flexibles ou rétractiles (possibilité de « plier » l’objet).

5. Comment positionneriez-vous le monde de l’édition par rapport à celui du numérique ( au niveau technique, économique et socioculturel) ?

Je pense qu’à l’image des supports, les choses se rejoignent. La frontière est floue, désormais, entre papier, télévision, Internet,… La presse papier fait de la vidéo. La télévision produit de l’écrit. Nous n’avons pas encore trouvé toujours les meilleurs équilibres. Marier le texte et la vidéo n’est pas une chose évidente. Si vous parcourez les sites web des télévisions, vous constaterez que le texte et la vidéo cherchent leur place dans la page, pas toujours de manière évidente.

Je me demande si les tablettes numériques (beaucoup plus « papier », et avec moins de facilité pour « scroller ») ne vont pas nous ramener à des conceptions de contenus qu’on feuillette de la main et qui tiennent dans l’écran.

6. Comment voyez-vous l’avenir de cette technologie ?

Comme je disais plus haut : évolution vers des supports plus flexibles ou rétractiles (possibilité de « plier » l’objet). Meilleure compatibilité (Flash,…). Meilleure luminosité (même en extérieur). Davantage multimédia : caméra et micros intégrés.

Votre opinion m’intéresse. N’hésitez pas à faire débat en commentaires.

Commentaires des lecteurs

  • Comment by Matteo — 5 April 2011

    Tout à fait d’accord avec toi Jean-Marc, et en particulier sur 2 points :
    – la notion évolution vs. révolution (d’ailleurs, l’iPad impose d’avoir recours à un PC ou Mac pour l’activer),
    – l’évolution d’usage liée à la rapidité d’accès à Internet.

    Notons enfin que les smartphones entrent dans ta définition du point 1 (et cela me semble avoir du sens).

  • Comment by Sitenreveuxyenrena — 10 April 2011

    L’iPad ne lit pas Flash, par exemple, pour le moment. >>>> Mais franchement… Flash, c’est encore utile à quoi aujourd’hui?
    Aujourd’hui, mon vieux smartphone (qui a 3 ans), lit les vidéo intégrée en HTML5…

    PS : J’aime bien repasser mes règles de maths en commentant sur ton blog.

Votre commentaire

Your email address will not be published.

Je suis un humain*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.