Accueil » Blog » INCROYABLE : La police verbalise en pleine alerte à la bombe !

INCROYABLE : La police verbalise en pleine alerte à la bombe !

J’ai payé 72,46 euros pour une amende de stationnement… dans un quartier de Bruxelles que la police venait d’évacuer en raison d’une menace d’attentat ! Face à ma contestation de bonne foi, l’administration s’entête. Sidérant !

Voici ce qui m’est arrivé le 2 février dernier :

9h30 Je me rends chez mon client, dans le quartier des institutions européennes à Bruxelles.

11h30 Alerte à la bombe. Nous sommes évacués des bâtiments. Les forces de l’ordre nous font signe de nous éloigner.

Périmètre de sécurité

12h00 Nous poursuivons notre réunion dans un autre local, en attendant que la situation revienne à la normale.

13h15 Après de nombreux appels auprès des responsables des bâtiments, nous restons totalement sans nouvelles.

14h30 Sans nouvelles, nous décidons de revenir sur les lieux de l’alerte à la bombe pour voir si le calme est revenu.

14h50 Je constate que ma voiture a été verbalisée (NDLR: En réalité, le mot “amende” ou “verbalisation” a été rayé du dictionnaire policier en Belgique : lorsque vous ne payez pas votre stationnement, on considère que vous avez opté pour le tarif forfaitaire supérieur… ce qui, en pratique, revient à la même douleur dans le portefeuille ;-).

Billet de stationnement

 

J’avais bel et bien payé mon stationnement jusque passé midi… sans prévoir l’alerte à la bombe bien évidemment.

Billet de stationnement

 

Jusque là, je garde le sourire… je ne peux pas imaginer une seconde que l’administration me pénalise dans une situation aussi exceptionnelle.

Je rédige alors un courrier électronique à la cellule qui gère les horodateurs de la Ville de Bruxelles.

“Par la présente, nous* marquons notre ferme intention de ne pas payer les 25 euros de parking payant qui nous sont réclamés pour la date du 2 février 2015.
En effet, ce jour-là, les bâtiments de la rue Montoyer ont été évacués sur ordre de police pour cause d’alerte à la bombe, et nous avons été contraints de quitter le périmètre de sécurité… dans lequel se trouvait notre véhicule.
Pour preuve, en annexe, les médias.
Nous nous permettons de signaler le grotesque de la situation et faisons confiance à l’administration pour ne pas se ridiculiser davantage.”

Je m’appuie sur les nombreux médias qui ont relayé l’information afin d’amener l’administration à la raison.

 

RÉPONSE DE L’ADMINISTRATION :

“Si je ne m’abuse, un périmètre de sécurité empêche toute personne d’y pénétrer. De ce fait, lors d’une telle situation, ni vous, ni les agents communaux ne peuvent franchir ce périmètre. Ce n’est que lorsque celui-ci est enlevé que les rues bloquées sont à nouveau accessibles.”

Donc si je comprends bien, les agents se trouvaient au coin de la rue, embusqués sous un porche, prêts à bondir dès la fin de l’alerte officielle, pour sauter sur mon pare-brise et l’affubler d’une sentence financière ?!?

En matière d’empathie, on est à vingt mille lieues sous les mers, non ?

Je crois que même le shérif de Nottingham se serait montré plus fair-play 😉

Certes, les formulaires de la Ville de Bruxelles prévoient des scénarios de contestation.

Mais, oh miséricorde!, l’alerte à la bombe ne fait pas partie des cases à cocher.

Motifs de contestation de la verbalisation

Naturellement, il m’a été reproché de traîner à réclamer justice.

L’administration est passée à la vitesse supérieure (et de citer l’honorable collège des bourgmestre et échevins – désolé, dans le présent désarroi, j’ôte leurs majuscules) : une mise en demeure me condamne à 72,46 euros pour avoir tenté d’échapper à une alerte à la bombe. J’aurais préféré amener mon épouse au resto.

Mise en demeure et paiement majoré

Voilà, vous êtes contents, les shérifs, j’ai payé ! J’ai oeuvré pour la propreté publique, le maintien de l’ordre et surtout… contribué au salaire de ceux qui encodent, sans plus la moindre conscience, leurs petits papiers.

Heureusement, dans la police et l’administration, vous faites aussi de bonnes choses.

 

* Dans mon courrier, je dis “Nous”, car il s’agit du véhicule de société de notre agence de communication web.

Commentaires des lecteurs

Aucun commentaire en ce moment.

Votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Je suis un humain*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.