Accueil » Blog » Google préfère le commerce à la culture

Google préfère le commerce à la culture

Waw! Regardez (ci-dessous) comme la page de résultats de Google est… parfumée !

Est-ce que quelqu’un se souvient de Byzance, cette ville charnière des empires d’Orient et d’Occident ? Byzance, avant d’être un parfum à la mode, c’est un haut-lieu de culture, une perle, un phare. Cela n’apparaît pas directement sous les tonnes de flacons.

Recherche mot clé sur Google

Alors, bien sûr, je suis conscient que la SERP (la page de résultats de Google) peut fortement varier d’un utilisateur à un autre, notamment en fonction de son historique, de son profil, etc. Cependant, je n’ai jamais lancé de requêtes liées à des parfums ou autres articles cosmétiques.

Résultats de recherche pour "byzance" sur Google

Disons-le franchement, les pages de résultats sont très commerciales. Sur une requête « arche », le premier résultat concerne une marque de chaussures, puis un produit vendu dans une grande surface de bricolage. Noé a de quoi se retourner dans sa tombe.

Quant à Jésus, celui-là même qui exprima sa colère face aux marchands du temple, il lui est déjà arrivé d’être détrôné dans la SERP par un footballeur. Et le Christ n’ayant pas de compte Instagram ni d’agence SEO, il suffira d’un peu d’optimisation et d’achat de liens pour l’envoyer aux oubliettes de la toile.

Restons attentifs au filtre démentiellement subjectif (et intéressé) que nous propose le moteur de recherche. N’y a-t-il pas un risque de continuer à faire des recherches sur un moteur unique qui s’impose dangereusement dans nos vies, qui répondrait à toutes nos questions, tous nos besoins, avec le risque de les sculpter à la longue ? Ces pages de résultats que l’on pourrait avoir tendance à consulter plus vite que son ombre, ne participent-elles pas à la fabrique de l’ignorance en privilégiant la consommation à l’information culturelle, historique, scientifique, etc. ?

J’avais déjà parlé de la censure opérée sur les GAFAM, de manière croissante ces deux dernières années.

J’avais déjà parlé du parti pris de Google, sur des sujets liés à la politique, au sanitaire et à l’énergie.

J’avais déjà parlé, il y a bien longtemps, de l’insécurité économique inhérente aux algorithmes privés du moteur.

Ici, il est question d’autre chose. Il est question de commerce, Messieurs, Dames, en concurrence avec l’Histoire et la Culture, des champs essentiels pour nous faire société. Pour le reste, à chacun et à chacune de sentir, à chacun de nous de positionner nos comportements, de recherche et de publication, dans un monde du tout-digital aux filtres renouvelés.

P.S. Sur ce coup-ci, c’est Wikipedia qui sauve la donne. Cependant, l’encyclopédie en ligne est loin d’être objective, elle aussi, sur certains sujets.

Commentaires des lecteurs

Aucun commentaire en ce moment.

Votre commentaire

Your email address will not be published.

Je suis un humain*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.